Les produits laitiers: plus de souffrance dans un verre de lait que dans un steak!


Quoi qu'en dise la propagande de l'industrie laitière, il n'est pas naturel pour l'homme de boire du lait de vache (ou quelconque autre lait animal).

La santé chez l'homme:
Aucune espèce autre que la nôtre ne continue à boire du lait après la petite enfance. Aucune espèce ne se nourrit spontanément du lait d'une autre espèce.
Le lait de vache est saturé en graisses (50% de graisses en plus que le lait humain) et en cholestérol et contribue donc à l'obésité.
La maladie même que le lait est censé combattre; l'ostéoporose, est liée à la consommation de lait, à cause de la décalcification que provoque une alimentation trop riche en protéines (le lait de vache contient environ 3 fois plus de protéines que le lait humain).

Les végétaux suffisent pour satisfaire nos besoins en calcium. Légumes à feuilles (brocoli, choux de Bruxelles, chou frisé, chou chinois...), tofu, légumineuses ou céréales en sont d'excellentes sources. Le calcium des laitages est d'ailleurs absorbés à 32% alors que celui de certains légumes peut aller jusqu'à 61%. Cent grammes de chou chinois apportent à l'organisme plus de calcium qu'un verre de lait.



Il a par ailleurs été clairement établi que la consommation de lait favorise le développement de maladies cardiovasculaires, de certains types de cancers et du diabète. 80% des asthmatiques auxquels une alimentation sans viande, ni oeufs, ni produits laitiers a été conseillée ont constaté une diminution de la fréquence et de la gravité des crises. Facteurs majeurs d'allergies alimentaires, les produits laitiers sont également associés à l'insuffisance cardiaque, la tétanie néonatale, l'inflammation des amygdales, la rectocolite hémorragique, la maladie de Hodgkin ainsi qu'à des troubles gastro-intestinaux, respiratoires, dermatologiques et comportementaux.

Ce que l'on sait pas c'est que le lait contient aussi du pus, appelé "cellules somatiques".
C'est en effet par ces cellules somatiques que se traduisent les mastites à répétition dont sont victimes un tiers des vaches laitières.
Le taux de cellules somatiques d'un lait sain est inférieur à 100 000/ml mais l'industrie laitière a le droit de mettre sur le marché du lait présentant un taux de 400 000/ml, taux qu'elle obtient en mélangeant des laits très contaminés avec des laits qui le sont moins.
On trouve aussi dans le lait des résidus anti-parasitaires, des pesticides et des aflatoxines fortement cancérigènes.

La santé chez les vaches et les veaux:


Ça n'est qu'avec l'avènement de l'élevage et de la domestication que les humains ont pu profiter de la production de lait des autres mammifères. Produit par les femelles, le lait permet de nourrir leur progéniture jusqu'au sevrage, c'est-à-dire jusqu'à ce qu'elle soit capable de trouver elle-même sa nourriture et de la digérer. Composé d'eau, de glucides, de lipides, de protides et de sels minéraux, c'est un aliment complet dont la composition varie en fonction de l'espèce à laquelle il est destiné et aussi au cours de sa production. C'est le lait des vaches qui a été le premier à être consommé et c'est toujours lui qui l'est principalement aujourd'hui.

En 2008, ce sont 3 880 000 vaches qui ont produits 24 516 320 tonnes de lait en France. Cela correspond à plus de 6 300 kg par animal. Pour parvenir à une telle production, rien de naturel. Depuis 50 ans, les vaches souvent de race Holstein, mais aussi normandes ou montbéliardes ont été sélectionnées pour une production laitière toujours plus importante. Des 4 litres par jour nécessaires à l'élevage d'un veau, certaines vaches sont ainsi passées à près de 30 litres. A l'origine de cette hyper production dont les ingénieurs de l'INRA (institut national de la recherche agricole) sont si fiers, un facteur de croissance qui fait aussi que les vaches sont bien plus grosses qu'il y a 50 ans. 

Il n' y a pas de lait sans veau, aucun mammifère produit du lait sans bébé. La vache est inséminé artificiellement 3 mois après avoir vêlé, à partir de 2 ans et tous les ans. Peu après la naissance le veau est enlevé à sa maman pour soit: finir en viande de veau quelques mois après, en futur bœuf si c'est un mâle ou en futur vache laitière si c'est une femelle. Le lien entre une vache et son veau est très fort et la séparation est très douloureuse, certaines vaches n'hésitent pas attaquer l'éleveur qui lui prend son petit. Les veaux vendus pour l'abattage ont un prix pouvant avoisiner les 10€et sont donc difficilement l'objet d'attentions.
La France est le premier producteur de viande de veau en Europe, avec 232.1 milliers de tec (tonnes équivalent carcasse) en 2008. Environ 20% des veaux nés en France sont des "veaux de boucherie".
Les veaux 8 premières semaines de leur vies dans des cases individuelles à peine plus grands qu'eux. Ils sont nourris d'aliments composés et de lait en poudre. Leur cornes sont arrachés à vif et sont aussi castré sans anesthésie.


Les vaches sont utilisées pendant leur courte vie comme une machine à lait, cela leur provoque des infections et leur pis sont parfois en sang. La traite manuelle ne se fait pratiquement plus, la traite mécanique est plus rapide et donc plus rentable. Les vaches ainsi sélectionnées sont trop lourdes pour leur squelette, ce qui entraîne boiteries et autres trouble fonctionnels. Entre autre, leur pis débordant de lait plus qu'il ne peut en contenir, est trop lourd et trop volumineux, ce qui provoque un écartement des membres postérieurs et des lésions au niveau des pieds.  Comme seule l'hyper productivité est intéressante et qu'elle est limités dans le temps, la vaches laitières sont en général "recyclées" après environ 3-5 ans et abattue pour leur viande de boeuf, bien qu'elle soit de moindre qualité. Du steak haché à l'alimentation animale, l'industrie du lait est étroitement liée à l'industrie de la viande.



La loi exige l'étourdissement avant l'abattage, malheureusement peu d'abattoir respecte cette loi et beaucoup sont encore en vie lorsqu'elles sont pendu la tête en bas avant d'être égorgées et souffrent pendant de longues minutes.



Ce mode de vie concerne tous les animaux élevés pour leur lait: les chèvres, les brebis mais également les juments.





Les vaches hublot:


Voici une innovation des services de l'INRA: des vaches à hublot. 
D'après les chercheurs, ce hublot, qui donne accès à l'un des estomacs de la vache, permet d'analyser de manière simple et non douloureuse le contenu de ce qu'elle mange, afin de lui fournir plus tard la meilleure nourriture possible.
Une séquence est introduite comme cela: L'industrie 'agricole' hollandaise parvient à faire produire à des vaches 100 000 litres de lait par an.


En s'assurant qu'elles digèrent bien et que le taux d'acidité est correct. En créant dans leur flanc un orifice (d'un diamètre de + 10-15 cm) dans lequel on introduit une sonde. Cet orifice est cerclé de plastique afin que l'orifice ne se rebouche pas, pour avoir en permanence accès à son estomac.
Le rumen, est le premier des quatre estomacs de la vache. Pour avoir accès plus facilement à l'intérieur de cet estomac, on a cousu ce dernier à la peau et on a ensuite refermé le tout avec un hublot en plastique. Dans les fermes expérimentales, ce hublot permet de passer le bras profondément dans l'animal afin de prélever des échantillons du bol alimentaire.
Lorsque le hublot est ouvert par temps froid, une vapeur s'en dégage qui monte jusqu'au plafond. Cette vision, accompagnée des chuintements causés par la digestion, donne au visiteur profane l'impression d'un mauvais rêve.


La présure dans le fromage:
Beaucoup de gens ne savent pas ce qu'est la présure ou même que ça existe.
Un fromage est issu de la transformation du lait grâce à l'addition de coagulents. 
Comme type de coagulents, certains fromage sont utilisés avec de la présure animale. La présure animale est extraite du quatrième estomacs du veau (ou parfois chevreaux), ce sont des abats. La présure est composé de deux enzymes: la chymosine (80%) et la pepsine.

Pour avoir un petit aperçu de la présure, voici une petite image:



Du lait végétal?
 Si vous êtes quand même adepte du petit bol de lait au petit déjeuner, il existe des laits végétaux pour remplacer celui animal.
Lait d'amande, de riz, de coco, d'avoine, de soja, de noisette, nature, à la vanille ou au chocolat, y'a le choix. Pour ma part j'utilise le lait de soja dans les préparation de pâtisserie et le lait d'avoine au petit déjeuner ou dans le café.


Et les bébés alors?
Il est bien sur préférable d'allaiter son bébé mais pour une question personnelle, certaines ne le font pas. Vous pouvez donc nourrir votre bébé avec des laits végétaux mais il est conseillé d'attendre leur 1 an.                                                          plus d'info ici








Commentaires

  1. Attention au lait de soja chez le bébé et l'enfant. Il provoque des troubles endocriniens (= hormonaux) chez les garçons. Y compris en cas de consommation pendant la grossesse. Cela provoque chez eux des troubles de la fertilité important. Il vaut mieux choisir un autre lait végétal. Les études n'ont pas montré de problème associé à la consommation de lait de soja chez les filles, c'est spécifique aux garçons.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ton commentaire. J'avais entendu parler du lait de soja chez les bébés mais je ne savais pas pour les filles/garçons.

    RépondreSupprimer
  3. Ben je suis assez horrifié par ce type d'explication.... c'est très très simpliste car toute l'agriculture et l'élevage ne sont pas qu'une somme des souffrances. Et tous les élevages modernes n'exploite pas leur animaux... Enfin c'est facile de ne montrer qu'une réalité (certes exécrable) alors qu'il y en a tant d'autres. Dommage que les vegans fassent tant de raccourcis.

    RépondreSupprimer
  4. Maud, seriez-vous assez aimable pour nous énumérer toutes les autres réalités (positives) de l'élevage puisqu'il y en a tant d'autres...Merci.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés